Publié dans Lectures et publications scientifiques, Organisation générale, Travailler en RASED

Qu’est ce que la dysorthorthographie ?

Bonjour à tous,

Préparant le PAS d’un élève, c’est pour moi l’occasion de vous présenter ce qu’est la dysorthographie.

Mais tout d’abord, la dysorthographie, comme la dyslexie et la dysgraphie, fait partie du champ des  Trouble Spécifique du Langage Ecrit (TSLE).

La dysorthographie est un trouble de la famille des DYS, qui se manifeste par un défaut majeur dans l’acquisition et l’assimilation de l’orthographe. L’enfant qui en souffre éprouve de grandes difficultés à maitriser les règles orthographiques, ce qui entraîne une altération de l’écriture, aussi bien spontanée que dictée.
On peut distinguer deux types de dysorthographie :

  • La dysorthographie de développement, qui est inné chez l’enfant ;
  • La dysorthographie acquise, qui est due à un traumatisme.

Comment la repérer dans nos classes ?

Attention ! Nous ne sommes pas là pour établir des diagnostics ou pour étiqueter nos élèves. Toutefois, certains signes doivent nous alerter pour accompagner les familles vers une prise en charge.

La dysorthographie se manifeste par d’importantes erreurs de transcription, classées en 4 catégories :

  • Les troubles de la transcription phonologique
  • Les troubles du contrôle sémantique
  • Les troubles morphosyntaxiques
  • Les troubles du lexique orthographique

Il se traduit par :

  • Un retard important de la lecture malgré le passage en CP ;
  • Une non-reconnaissance de lettres malgré leurs fréquences d’utilisation ;
  • Une difficulté à recopier un texte ;
  • Un pourcentage élevé de fautes d’orthographe ;
  • Un écart important entre le raisonnement et les résultats à l’écrit ;
  • Une incompréhension du sens des mots à la lecture ;
  • Une calligraphie irrégulière et maladroite.

D’autres examens peuvent également être recommandés avant l’établissement d’un diagnostic officiel :

  • Un audiogramme ;
  • Un bilan orthoptique ;
  • Un bilan psychologique ;
  • Un bilan ergothérapeutique ;
  • Un bilan neuropsychologique ;
  • Un bilan neuropédiatrique.

Le patient peut également être amené à consulter un neuropsychologue. Une évaluation neuropsychologique permet en effet de déterminer les vraies difficultés du dysorthographique et de mieux orienter les traitements à adopter

(sources : Dyspositif.com)

Voici une vidéo pour mieux comprendre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.